Posit13

.

4.jpg3.jpg1.jpgbac.png2.jpg

MGR BIENVENU À RADIO MAYOMBE NDINGA YA KATHOLIKA

Cap sur la prochaine procession du 28 mai 2017: Le 28 mai 2017, nous vivrons ce que l’on pourrait appeler la « deuxième édition de la procession mariale du diocèse de Dolisie ». Cette procession mariale est placée sous le signe de la paix et de l’unité nationale. Au cours de cette interview, nous allons nous intéresser à la projection réelle que vous en faites. Autrement dit, n’y a-t-il pas quelque chose de cacher derrière cet événement ? Merci de recevoir notre équipe de Radio Mayombe Ndinga ya Katholika et merci surtout d'éclairer nos auditeurs sur certaines interrogations.

 1. Pourriez-vous, Monseigneur, nous rappeler les raisons de cette procession ou simplement d'où est venue cette idée de marcher en prière pour la paix?

 Mgr Bienvenu: J’aimerais rappeler avant tout que l’an dernier, tout était parti du climat socio-politique qui profilait à l'horizon avant le référendum et surtout avant les élections. L’inquiétude allait grandissante dans le peuple. C'est alors que l'intuition nous est venue de prendre les grands moyens, j'allais dire le moyen le plus sûr pour préserver la paix, vous vous en doutez bien: recourir aux faveurs du Ciel.

Du coup, le samedi 03 janvier 2015, nous avons lancé officiellement le Rosaire pour la Paix. Et depuis cette date, tous les premiers samedis du mois nous disons la prière du Rosaire, c'est à dire quatre chapelets d'affilé en faveur de la paix et de l'unité nationale.

La prière des Congolais, en général, ayant été exaucée, nous avions pensé qu'il fallait clôturer cette période spéciale par une marche de prière d'action de grâces, sous le haut patronage de Notre-Dame Auxiliatrice, Mère de la paix. C'est ce qui fut fait le 29 mai de l’an dernier dans les rues de Dolisie, avec pour point de chute la Place Mariale de la Cathédrale Saint Paul. A la clôture de cet événement, nous avons annoncé que cette marche de prière devenait désormais une tradition dans le Diocèse de Dolisie. Autrement dit, chaque année à la clôture du mois de mai dédié à Marie Mère de Dieu, Notre-Dame de la paix, nous serons dans la rue, avec Notre Très Sainte Maman du Ciel.

 2. Excellence, vous avez parlé de clôture. Ce qui signifie qu'avec cette procession, les prières du Rosaire pour la paix sont clôturées ?

Mgr Bienvenu: Non. Prier c’est comme s’alimenter pour prévenir la bonne santé. Il ne s’agit pas d’arrêter, mais simplement clôturer le temps fort dédié à la Vierge Marie. Mais les prières ne peuvent pas être clôturées. Elles sont une nourriture continuelle pour l’âme et donnent la force de tenir à l’écart ou démobiliser les esprits contraires à la paix. C’est aussi un moment de reconnaissance officielle pour la paix et un devoir de rappel aux chrétiens et aux hommes de bonne volonté que la présence du Ciel est importante pour que la terre vive sans préoccupation.

Attention, ne nous voilons pas le visage. Cette paix obtenue est toujours fragile. Continuer à prier, c’est l’enraciner, la consolider, pour que la paix et l'unité fassent désormais partie de la culture congolaise, prisée et protégée par chaque Congolais. Alors c'est reparti pour notre marche ce 28 mai 2017.

3. Excellence, Mais pourquoi précisément une procession avec Marie, alors qu'en 2014 et en 2015 vous aviez plutôt fait une procession avec le Saint-Sacrement.

 Mgr Bienvenu: Ah! Pourquoi Marie? Comme toujours, le patronage de Notre Mère du Ciel intrigue ou suscite des interrogations. La réponse est toute simple. Nous l'avons choisie pour une triple raison:

1) D'abord, le Christ Lui-même nous l'a confiée et nous a confiés à Elle (Jn 19, 25-27).

 2) Ensuite, notre pays le Congo lui a été consacré le 15 août 1960 par le Président Fulbert Youlou.

3) Enfin, le 24 mai 2013, notre diocèse lui a été consacré sous le nom de Notre-Dame Auxiliatrice et moi-même j'ai été nommé ce jour-là.

Ces raisons expliquent notre attachement et l'hommage mérité que nous devons à Notre Sainte Mère du Ciel.

4. Et la procession mariale est-elle votre idée personnelle ou il s'agit d'une tradition de l'Église.

Mgr Bienvenu: Ah non! La roue a été inventée depuis longtemps, cela n'empêche pas des milliers de fabriquants de continuer à en produire pour nécessité de service ou pour les besoins du marché. En d'autres termes, les processions qui sont des actes de dévotion existent bien avant et remontent à bien longtemps. Pour être plus concret, rappelons que la procession mariale existe dans les sanctuaires depuis 1872. Elle est une réponse à l’invitation de Marie Mère de Dieu Elle-même. Cette invitation fut adressée par Marie Elle-même à Bernadette le mardi 2 mars 1858, jour de sa 13ème Apparition. Elle dit explicitement ceci: « Qu’on vienne ici en procession…».

5. Et que font les gens au cours d'une procession comme celle-là?

Mgr Bienvenu: Vous l'avez bien constaté l’an dernier ? Au cours de la procession, les pèlerins prient, ils méditent la vie du Christ. Ils prient et méditent les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux. Une manière de demander à Dieu sa lumière qui éloigne les ténèbres.

6. pourriez-vous nous citer quelques pays où les processions sont une tradition?

Mgr Bienvenu: Aïe! Il y en a plusieurs dans le monde. Et je ne pourrais les citer en totalité. Mais je vous en donne quelques exemples célèbres: La procession mariale de Belém, au nord du Brésil est la plus grande et la plus célèbre. Elle réunit en octobre des millions de pèlerins. Populaire et familiale, cette fête gigantesque rassemble bien au-delà des catholiques. Une véritable manifestation haute en couleurs. L'Espagne et l'Italie aussi sont des pays de grande procession, quant à la Pologne n'en parlons pas. C'est souvent grandiose et très impressionnant là-bas.

En Afrique, il y a le Bénin, la Côte d’Ivoire, l'Ouganda mais aussi et surtout Kibeho au Rwanda. La Vierge est apparue en ce lieu qui est devenu un haut lieu de procession mariale.

7. Mgr, vous dites qu’ailleurs cette fête gigantesque rassemble bien au-delà des catholiques. Et la procession Mariale du 28 mai, est-elle ouverte à tous ?

Mgr Bienvenu: Absolument ouverte à tous. Il n’y a aucune restriction pourvu que ceux qui viennent participer y accourent avec la même motivation : prier pour la paix et l’unité des cœurs. C’est dire que ceux qui se savent enfants de Dieu, donc frères et sœurs de Jésus-Christ sont tous conviés « sans modération ». Que personne n’hésite ! Nous marchons en prière non seulement pour la plus grande gloire de Dieu, mais aussi pour notre propre bien. Alors dans les colonnes de notre procession, les considérations politiques, tribales ou les sensibilités régionales n’ont pas droit de cité. Nous marchons tous comme enfants de Dieu.

8. Excellence pourquoi le Congo semble-t-il en retard par rapport à ce genre d’événement ?

Mgr Bienvenu: Retard oui ! Cependant le Congo est déjà en marche. Dans le diocèse le 28 mai 2017 nous serons à la 4ème procession. Les deux premières en 2014 et 2015 avec le Saint Sacrement, le 29 mai dernier avec la Vierge Marie et bientôt le 28 toujours sous le patronage de Notre Ste Mère. Ainsi chaque chose à son temps. Dieu est Dieu, le temps de Dieu n'est pas le temps des hommes. L'essentiel c'est de commencer ou de reprendre le bâton de pèlerin dans ce sens. Et que Dieu bénisse les Autorités locales qui ne font pas obstacle. Elles favorisent la bonne tenue de cette procession et certaines y prennent part. Tout est grâce.

9. Quelle est la particularité de cette deuxième édition ?

Mgr Bienvenu: Je dirais qu’il y a deux particularités :

Premièrement, la présence du représentant du Pape, le Nonce Apostolique au Congo, Mgr Francisco Escalante Molina, qui tient à être avec nous. Il célébrera l’unique messe de 8h00 à la place mariale de la cathédrale et participera à la marche de prière à 14h00.

Deuxièmement, il y a la particularité du circuit de cette procession. Ce circuit a été rallongé de quelques kilomètres sur la demande des pèlerins, qui souhaitent que Notre Sainte Mère parcourt et visite ainsi une grande partie de la deuxième circonscription de Dolisie, c’est-à-dire le deuxième arrondissement.

10. Quelle prière feriez-vous pour clôturer cette interview ?

Mgr Bienvenu: Nous prions pour que l’amour du Christ habite en nos cœurs par la puissance de son Esprit-Saint qui purifie et pardonne. Qu’il donne à tous les Congolais de triompher de l’esprit d’égoïsme et de discorde ; qu’il donne à tous les hommes politiques, tous les partis confondus, de ne pas perturber la paix, mais de la rechercher et de la consolider ; le mois de juillet arrive, et il semble que les élections profilent à l’horizon de ce mois. Souvent c’est le temps où les esprits se chauffent et se réchauffent. Cette Procession tombe de nouveau à point nommé. Que l’Esprit de Dieu crée la paix avec nous-mêmes et avec les autres ; nous prions pour qu’aucune racine amère ne se développe parmi les congolais ; pour que celles qui s'y trouvent déjà soit extirpées et détruites.

Oui, que Dieu enracine la paix et l’amour dans nos cœurs ; qu’il consolide l’amour entre tous les fils du Congo, entre tous ceux qui habitent la terre congolaise ; que chaque chrétien, chaque Congolais prenne ses responsabilités en devenant artisan de paix, selon la volonté de Dieu. Que chacun de nous se souvienne que nous sommes tous fils et filles d'un même Père qui est Dieu, quelles que soient nos sensibilités politiques, régionales et nos différentes convictions spirituelles.

Que par le soutien de Marie notre Très Sainte Mère du Ciel et par la médiation puissante du Christ Jésus, notre diocèse, notre Département et tout le Congo soit appelé pays de paix.

Que Dieu bénisse tous ceux qui nous suivent à travers les médias et qu’Il accorde ses faveurs en abondance à tous les Congolais. Ne manquez pas le rendez-vous du 28 mai à 14h00.

Propos recueillis par Séverin Mouce, de la Radio Mayombe « Ndinga ya Katholika », le 18 avril 2017 à 17h30.

ORDINATIONS DU 25 JUIN 2016 À DOLISIE