Posit13

.

chorale-Nyangpont.jpgdenis_samba_alfred.jpgrencontre_des_enseignants.jpgnouveaux_bus.jpgeglise_divenie.jpgmgr_enseignants.jpgmgr_et_cardinal_Dieu_donne.jpgmgr_jeunesfatima.jpgseminaire_st-gabriel.jpgradio_alfred.jpgprecession_mgr.jpgayayos_moupepe.jpgaccueil_nonce.jpgles_boscovites.jpgsanctuaire_de_louvakou.jpgmgr_et_boscovite.jpgmgr_jfrançois.jpgdon_de_tricycles_a_moscou.jpgnyanga_paroisse.jpgroute_divenie.jpgnouvelle_paroisse_de_moupepe.jpgoecumenisme_dol.jpgmgr_louvakou2.jpgeglise_sainteanne.jpgchorale_saintpaul.jpgordimavi.jpgoecumenisme_grotte.jpgfraternite_louvakou.jpgles_enseignants_a_la_grotte.jpg

NOEL À LA MAISON D’ARRÊT : L’HOMÉLIE DE L’ÉVÊQUE DE DOLISIE

Comme en 2016, Mgr Bienvenu MANAMIKA, Évêque de Dolisie a célébré la Messe de Noël 2017 à la Maison d'Arrêt de Dolisie. Voici le texte intégral de l'Homélie qu'il a prononcée pour la circonstance:

 M. le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Dolisie,

M. le Directeur de la Maison d’arrêt,

Frères et Sœurs en Christ, 

1. En ce jour de Noël, je suis heureux d’être avec vous tous ici dans cet espace de la Maison d’arrêt de Dolisie improvisé en église. Déjà, merci aux autorités qui nous ont ouvert les portes de ces lieux. Merci aux choristes. Merci à vous jeunes et à vous frères et sœurs détenus qui avez accepté de vivre ensemble dans la prière cette fête de Noël ici en prison. À vous fidèles chrétiens de Dolisie, merci également, car grâce à vous, à l’issue de cette Eucharistie nous partagerons un petit sandwich et un verre de fraternité avec nos frères et sœurs détenus et leur offrirons aussi les dons que nous avons collectés auprès de vous.

Dans la paix et l’amour de Dieu, avec vous et tous ceux qui prient avec nous à travers la voie de Radio Mayombe Ndinga ya Katolika, à vous tous, grâce et paix, sainte fête de Noël, pleine de la grâce et de vie divine que nous apporte le Fils de Dieu.

Frères et Sœurs,

2. Que signifie Noël ? Noël veut dire l’entrée de Dieu dans notre histoire humaine : « le Verbe de Dieu prit chair et habita parmi nous ». Il est devenu l’Emmanuel, Dieu avec nous. Il a marché sur notre terre et est devenu pour chacun et chacune de nous un compagnon de route. Il est le Verbe de Dieu. Il est la plénitude de l’être. Jn au Chap1, 3 nous apprend que “par Lui tout a été fait, et sans lui rien n’a été fait ». Il est l’invisible devenu visible. Il est le Fils unique qui est dans le sein du Père, et qui nous fait connaître le Père.

3. Dès lors, la célébration de Noël  est l’une des grandes occasions pour nous rappeler :

-      que notre vie ne peut se faire sans cette relation permanente avec Dieu qui s’est manifesté en Jésus (cf. Jn 1, 3)

-      que Dieu qui est venu chez nous est toujours présent parmi nous et avec nous.

-      Qu’Il est venu nous redonner la vie abondante, et à tous sans distinction (Jn 10, 10). Cela signifie que «Dieu aime chaque personne, indépendamment de son âge, de sa culture, de son parcours, de ses erreurs, de ceux qu’elle a blessés. Dieu nous aime. Et il est venu pour nous. Il est amour (1).

Frères détenus,

4. Tout ce qui précède est un message d’espérance qui ne déçoit pas. C’est le message du Fils de Dieu qui révèle le vrai visage du Père. Un Message pour le renouvellement de nous-mêmes ; pour nous signifier que tout n’est pas fini. Cela veut dire, selon le Pape François, que «nous ne devons pas nous laisser nous enfermer dans notre passé». Mais plutôt «le transformer en un chemin de croissance, de foi et de charité». Oui Frères et sœurs détenus, dès lors ne vous sentez pas seuls ! Sachez que tant de personnes dans l’Église sont arrivées à la sainteté en passant par des expériences pénibles et difficiles. Voilà pourquoi, il vous faut ouvrir la porte de votre cœur au Christ Rédempteur et c’est Lui qui renversera votre situation.»

Frères et sœurs, il est compréhensible de vous poser quelques questions :

-      comment célébrer Noël en prison ?

-      comment se réjouir dans ses murs ?

-      comment jubiler avec le rejet de la société ?

-      comment être dans la joie avec un avenir incertain, un casier judiciaire souillé, une vie confisquée ?

-       comment penser que Dieu nous aime avec de mauvais traitements, des humiliations de toutes sortes ? Comment avec tout cela célébrer et accueillir la joie de Noël ?

Pourtant, c’est à cause de toute cette réalité poignante que vous avez besoin de la grâce de Noël pour retrouver l’espoir et l’espérance, pour vous laisser transformer de l’intérieur en réalité de vie, pour pouvoir retrouver la dignité humaine et, avec courage, reprendre une vie nouvelle quel que soit votre passé, car Dieu n’enferme personne dans le passé. Au contraire, Il nous accorde toujours l’occasion de nous relever, de reconstruire une vie nouvelle sur cette terre. C’est pourquoi nous ne devons surtout pas perdre l’espérance.

5. Frères et sœurs, cette espérance est un don de Dieu et Il faut la demander. Pour cela, il faut que chacun ouvre son cœur à Jésus et lui fasse confiance. Vous découvrirez rapidement que le Christ vous sortira des ténèbres du passé, car Il est la lumière qui éclaire le passé, le présent et l’avenir, Lumière qui illumine même ce qui est obscurci et assombri, lumière qui redonne vie à ce qui semble fini, parce qu’avec Jésus ce n’est jamais fini. Avec Lui tout est possible, rien ne Lui est impossible.

C’est cela Noël. C’est un événement qui vient dire à chacun de vous que Dieu ne vous abandonne pas et que nous devons être sûrs de sa présence au milieu de nous et de sa compassion pour nous tous, et particulièrement pour vous en ces lieux, car Jésus sait ce que c’est qu’une prison. Il l’a expérimentée dans sa chair. Il a été battu et humilié, alors qu’Il était complètement innocent. Cependant, comme vous le savez tous, l’amour a triomphé en Lui, la mort ne l’a pas retenu.

Cela veut dire qu’Il est plus fort que notre mal. Par conséquent, malgré le mal que nous avons accompli, Sa miséricorde se fait plus puissante pour susciter en nous le repentir, le pardon, la réconciliation, la paix avec Dieu, avec nous-mêmes et avec nos frères. Il l’a dit : Je suis venu non pas pour les justes, mais pour les pécheurs. Et c’est vrai, Il ne ment jamais.

6. Frères et sœurs, reconnaissons toutefois que pour certains d’entre vous la condamnation et la privation de la liberté sont justes. Pour d’autres peut-être, il y a eu de l’injustice quelque part. Mais quelle que soit la raison de votre présence ici, que votre espérance ne s’évanouisse pas. Gardez la foi, gardez l’espérance, personne ne peut vous l’enlever, même pas le diable. La foi en Jésus est notre force. Sachez que Dieu vous aime et vous attend toujours, comme ce Père de la parabole, qui espère toujours le retour de son fils qui a commis une faute (cf. Lc 15, 11-32). Dieu ne se repose pas tant qu’Il n’a pas retrouvé la brebis perdue (cf. Lc 15, 5). Dès lors, il vous faut fixer le regard sur Lui pour vaincre votre mal intérieur.

Chers Frères et sœurs détenus,

7. J’aimerais vous avouer une chose. C’est la deuxième fois que je viens célébrer Noël ici. En remettant pieds ici, j’ai la conscience lourde, car tous, nous commettons des fautes: je dis bien tous! D’une manière ou d’une autre, nous commettons des fautes. Et par dissimulation ou par sournoiserie, ou même par le jeu de deux poids, deux mesures, certains ont les moyens d’échapper à ce sort et pensent être les meilleurs, des justes. Mais qui est juste en dehors de Dieu? (cf. Rm 2, 1-11). Au fond de nous-mêmes nous sommes pourtant conscients de notre fausseté d’hommes libres en apparence, et de vrais prisonniers qui traînent des chaînes invisibles. N’oublions pas que la prison n’est pas que physique. Les quatre murs revêtent plusieurs formes. C’est dire que dénigrer ou regarder hautainement quelqu’un qui est condamné et incarcéré n’occulte pas notre propre condition de prisonnier intérieur.

Frères détenus,

8. Certains parmi vous ont gâché le passé certes, mais avec Jésus ils peuvent encore écrire l’avenir, cela avec la grâce de Dieu et avec la responsabilité personnelle. En apprenant des erreurs du passé, on peut ouvrir un nouveau chapitre de la vie, nous dit le Pape François. Le larron repenti, crucifié avec Jésus, est un modèle pour nous. N’a-t-il pas trouvé le pardon et le salut auprès du Christ ? (cf. Lc 23, 43). Que personne ne vous raconte donc que vous êtes finis. Sachez que quelle que soit la chose, petite ou grande, que le cœur nous reproche, 1 Jn 3, 20 nous déclare que nous devons nous confier à la miséricorde divine.

9. Aujourd’hui, Noël vient nous redire que tout homme et présentement vous qui êtes ici, vous êtes tous précieux aux yeux de Dieu notre Créateur. Noël nous rappelle aussi que le mal, les péchés, le sang toujours facilement versé, la violence humaine, les viols et autres barbaries, les souffrances de nos frères dans le Pool et dans d’autres parties du Congo et du monde, le sang de nos frères sur les terres du Maghreb et dans le monde arabe particulièrement en Lybie, cette souffrance, ce sang crie réparation et monte jusqu’aux oreilles du Très-Haut. Dieu à horreur de nos injustices et des barrières que nous créons : barrières de tribus, de races, de religion et même de familles; nous avons ainsi bêtement limité notre capacité d’aimer et de construire ensemble et nous avons inutilement augmenté notre capacité de mort. En plus, les corruptions, les violences, les arnaques, les exploitations, les viols incestueux que subissent des mineures dans certaines familles, pire encore les manipulations par des religions au nom même de Dieu, sont des facteurs de morts certaines. Seule compte la liberté dans l’amour, la vérité, la justice et la paix. C’est ce que nous apporte Jésus-Christ. Voilà pourquoi à tous, Noël plaide pour un monde plus juste, car Dieu est d’abord un Dieu d’amour. Il n’admet pas que l’on fasse du tort au prochain. Il est le Père de tous sans distinction de race ou de religion. Il nous a tous créés à son image.

10. Oui et je le répète, Noël redit à tous: Amour, paix, justice, liberté et sécurité sont possibles. Ainsi, à tous les fidèles chrétiens de Dolisie, à tous mes frères et sœurs détenus, je demande de ne pas garder de rancune, de ne pas avoir peur d’ouvrir notre cœur à Jésus, chacun là où il est et dans sa condition ; c’est la voie la plus sûre pour une paix durable, basée sur la justice et l’égalité, aucun supérieur à l’autre, aucun soumis à l’autre. Tous égaux en dignité, en droits et en devoirs parce que tous, nous sommes créatures et l’œuvre des mains de Dieu.

 11. Frères et sœurs ici présents, et dans tout notre diocèse, axe Mbinda, axe Divenie, et Doyenné de Dolisie, vous tous habitants de notre terre du Niari, aux malades, à tous ceux qui souffrent et sont sacrifiés dans les diverses injustices de la bêtise humaine, à tous ceux qui croient en Jésus et qui prient dans le monde entier, je vous supplie de ne pas vous laisser voler votre Espérance en Dieu, votre foi en Jésus son Fils, car la foi, même si petite comme une graine de moutarde, est en mesure de déplacer les montagnes (cf. Mt 17, 20).

12. Que Notre Dame auxiliatrice, Patronne du Diocèse de Dolisie, intercède pour chacun de nous. Qu’elle tourne vers tous les détenus du Congo son regard maternel; qu’Elle obtienne pour tous la force de la foi et l’espérance pour une vie nouvelle digne d’être vécue dans la pleine liberté, dans l’amour de Dieu et au service du prochain. Pour vous tous, Je demande ardemment à Dieu, l’abondance de la grâce et de la paix et surtout une Heureuse fête de Noël ainsi qu’une très Bonne année 2018. Amen ! 

Mgr Bienvenu MANAMIKA BAFOUAKOUAHOU

Évêque de Dolisie

Textes inspirés de l’homélie du Pape François lors du jubilé des prisonniers le 6 novembre 2016